Apprendre la guitare tout seul… Comment j’ai commencé

Partager :Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on RedditShare on Google+

Le Samedi 16 Mai 2009, voilà quand j’ai officiellement commencé à apprendre la guitare tout seul (oui oui, j’ai une excellente mémoire, particulièrement en ce qui concerne les dates, mais le fait que ce fut la veille de l’anniversaire de mon frère facilite également la mémorisation de jour (Quoi ? Ah d’accord, on me glisse à l’instant dans l’oreillette que les lecteurs n’en ont rien à faire)). Quoi qu’il en soit, je me souviens très bien de ce moment.

Ce jour-là, j’avais rendez-vous chez un copain du lycée en début d’après-midi (merci infiniment Michel, on ne s’est jamais revus après la Terminale mais c’est grâce à toi que tout a commencé). En fermant les yeux maintenant, je peux parfaitement me remémorer cette journée mais ce n’est pas un roman alors je vais essayer d’aller à l’essentiel de ne pas trop m’égarer.

Mon ami m’a épaté. Nous nous sommes installés dans son petit salon. Posé sur le canapé, il a branché son ESP à 1000 euros pour laquelle il avait durement économisé. Et là, il a commencé à me balancer des riffs. Des riffs de Metallica. Beaucoup de riffs de Metallica. Tous les riffs de Metallica. Il s’est ensuite levé et a sorti l’intro de Voodoo Child avec sa wah. Il jouait super bien et n’avait commencé à apprendre la guitare tout seul qu’il y a un an (car oui, c’était un autodidacte lui aussi). J’ai alors eu un déclic et je me suis dit : et s’il y arrive, pourquoi pas moi ?

apprendre la guitare tout seul

Jimi Hendrix au musée de cire Madame Tussauds à Londres. (Image : Wikimedia Commons)

Il adorait ça. Chaque jour en rentrant des cours à 18h, il prenait sa gratte et jouait pendant 6 heures d’affilée jusqu’à minuit. Il était très impliqué et les résultats étaient flagrants.

Tout le monde peut être capable de réaliser quoi que ce soit, à condition d’être passionné et bosseur. Bon, les résultats scolaires ne suivaient pas (en fait ils n’étaient déjà pas là avant, mais au moins maintenant il avait trouvé quelque chose qui lui plaisait), mais un élève qui n’a pas de bonnes notes ne vaut pas moins qu’un autre malgré ce que l’on veut nous faire croire à l’école. D’ailleurs, pour être bon guitariste, ou bon musicien tout court, il faut travailler très dur. Ça demande beaucoup de patience et de persévérance. On est loin de la vie rock ’n’ roll cliché dans laquelle on passe son temps à picoler et à coucher avec des nanas. Et puis, ce n’est pas en ayant des bonnes notes que l’on réussit dans la vie.

[Critique du système scolaire censurée car j’ai reçu un autre message dans l’oreillette].

Bref. Il m’a ensuite mis entre les mains sa première guitare avec laquelle il avait débuté (une simple Squier) et m’a branché sur un de ces fameux Line 6 Spider à modulation à la réputation mitigée. Je ne savais évidemment pas quoi faire avec ce long bout de bois entre les mains.

Je me souviens des deux premiers riffs qu’il a essayé de m’apprendre.

– Le premier fut « Highway to Hell ». Simple et efficace. Une hymne du hard rock. Et pourtant, derrière ces quelques accords se cachaient déjà des difficultés (à savoir, le fait de bien étouffer les cordes pour éviter les résonances non-désirées et le fait de déplacer ses doigts d’une position d’accord à une autre). Mes doigts refusaient catégoriquement de bien appuyer sur les bonnes frettes : c’est trop dur ! Et six cordes c’est beaucoup trop !

– Le second fut l’intro de « Master of Puppets ». Inutile de vous préciser à quel point j’ai massacré le morceau (Michel lui était un roi du downpicking et maîtrisait parfaitement le riff).

Les heures sont passées très rapidement et en fin d’après-midi il m’a laissé repartir chez moi avec la Squier. Trop cool ! Le soir quand j’ai installé la guitare dans ma chambre, j’étais vraiment excité.

Dix jours de pratique plus tard j’ai décidé de me filmer en train de jouer de la guitare de galérer et de partager la vidéo sur Internet :

Saurez-vous reconnaître ce que j’étais en train d’essayer de jouer ?

Suite à ça, j’ai continué de me filmer plus ou moins régulièrement. Je suis très content de l’avoir fait car cela m’a permis d’observer mes progrès au fil du temps et d’avoir des souvenirs. Même si finalement, des années plus tard j’ai supprimé la plupart des vidéos de ma chaîne car je jugeais leur qualité trop mauvaise, mais je dispose toujours de ces perles sur mon disque dur.

Et vous, quelle est votre petite histoire ?

VOUS AVEZ DES QUESTIONS ?

N’hésitez pas à laisser un commentaire ou à me contacter par e-mail et je me ferai un plaisir de vous aider !

Ce contenu vous a plu ?

Soyez prévenu dès la sortie des prochains articles et accédez à des ressources exclusives gratuites.

Merci ! Attendez-vous à recevoir de super nouvelles prochainement !

Désolé, il y a eu un problème.

Partager :Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on RedditShare on Google+

Related Posts

Laisser un commentaire

E-book Gratuit | "Les 10 Habitudes qui vous empêchent de progresser à la guitare"

x